Salaberry de Valleyfield – Région Suroît

Salaberry de Valleyfield et région Suroît

18h à 1h

Parc Delpha Sauvé de Salaberry-de-Valleyfield

Vigile, témoignage, revendications, spectacles, activités interactives, distribution de bouffe, de linges chaud et de produits d’hygiène, etc.

Pour toutes les informations : 

– https://www.facebook.com/PactedeRue

– https://www.facebook.com/nuitsdessansabrisValleyfield

Inscrivez-vous à notre revue de presse quotidienne sur l’itinérance au Québec!

Une toute nouvelle revue de presse quotidienne sur l'itinérance au Québec!

Chaque jour ouvrable, retrouvez dans votre courriel les dernières actualités concernant l’itinérance au Québec. Il suffit de s’inscrire dans le lien plus bas.

Tous les jours au Québec, dans les médias, il est question d’enjeux qui touchent l’itinérance. Qu’il soit question du logement, de santé, d’éducation, de pauvreté, de revenus, de protection de la jeunesse, etc. vous retrouverez les articles, les entrevues radio ou télévisuelles dans lesquelles ces sujets sont couverts.

Inscrivez-vous ICI.

 

Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ): Un recul inquiétant dans l’accès au logement pour les personnes en situation d’itinérance

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Programme d'habitation abordable Québec (PHAQ) : un recul inquiétant dans l'accès au logement pour les personnes en situation d'itinérance

Montréal, le 7 février 2022 – Tout porte à croire que l’accès au logement sera plus difficile, voire inaccessible, pour les personnes en situation d’itinérance avec Le nouveau Programme d’habitation abordable Québec. Le PHAQ évacue toute considération des réalités des personnes extrêmement vulnérables, estiment le Réseau SOLIDARITÉ Itinérance du Québec (RSIQ) et le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM).

L’éjection du logement social et communautaire au profit du logement abordable
Avec les balises que l’on connaît actuellement, le PHAQ a tout d’un programme qui positionne le logement comme une marchandise. Le logement abordable semble vouloir remplacer le logement social avec accompagnement communautaire, le type d’hébergement à prôner pour les personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir. Les centaines d’organismes communautaires qui ont déjà développé des projets de logements sociaux savent que c’est bien plus que des logements « pas chers » qu’ils offrent aux personnes : ce sont de réels milieux de vie. Ainsi, le PHAQ met en compétition le milieu communautaire et le marché privé plutôt que de préconiser des partenariats, comme c’est le cas avec AccèsLogis. Pour le milieu communautaire en itinérance, il s’agit d’un recul important dans la possibilité de développer des projets qui répondent aux réalités des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir.

Loyer abordable, mais pour qui?
Le volet concernant les personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être du programme AccèsLogis soutient les personnes en situation de pauvreté en accordant une aide au loyer (Programme de supplément au loyer). Ceux-ci paient un montant de loyer équivalent à 25% de leur revenu. Le nouveau programme ne prévoit rien de tel pour l’instant. Au contraire, tout le programme est basé sur la notion de loyer abordable. Notons que selon les calculs de la Société d’Habitation du Québec (SHQ), un loyer abordable à Montréal pour un studio est de 700$. Les prestations d’aide sociale sont de 726$ par mois pour une personne seule en 2022. Les personnes qui bénéficient de l’aide sociale pourraient potentiellement ne plus avoir accès à ce programme, les obligeant à choisir entre « se loger » ou « se nourrir ». D’ailleurs, l’aide sociale aide à faciliter le retour à une stabilité résidentielle pour les personnes en situation d’itinérance.

Où est le soutien communautaire?
Pour les personnes en situation d’itinérance qui désirent quitter la rue, un toit n’est pas suffisant. Ce nouveau programme, tout comme le Plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026 (PAII), évacue le logement social avec soutien communautaire alors que nous savons que cette combinaison est recommandée formellement par le ministère de la Santé et des Services sociaux comme une pratique d’intervention efficace afin de prévenir et réduire l’itinérance.

En vertu de ces nouvelles informations et de la crise qui se vit présentement dans le milieu de l’itinérance, le RSIQ et le RAPSIM maintiennent le cap et demandent à Québec : 

  1. De lever toute ambiguïté en annonçant dès maintenant la poursuite du programme AccèsLogis et de financer une nouvelle programmation de 10 000 logements sociaux par année, comme le FRAPRU le recommande dans son mémoire prébudgétaire.
  2. Des investissements massifs et rapides en soutien communautaire en logement social (SCLS) et que ceux-ci soient récurrents et permettent le développement et la consolidation en SCLS.

-30-

Boromir Vallée Dore, coordonnateur du RSIQ
581-849-8951
coordination@rsiq.org

Contribution santé : payer pour sa vulnérabilité​

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Contribution santé : payer pour sa vulnérabilité

Québec, 12 janvier 2022 – Pour Le Réseau SOLIDARITÉ itinérance du Québec (RSIQ)[1] le gouvernement québécois a annoncé hier son intention d’ériger un mur entre l’accès aux soins de santé et les personnes en situation d’itinérance. Elles fuiront les établissements de santé alors que leur confiance à leur égard est très fragile.

Nous sommons le gouvernement d’éviter toute forme de logique punitive à leur égard et de faire place à une amélioration de l’accès aux soins. Le RSIQ s’opposera fermement à toute mesure venant fragiliser la situation financière, sociale et médicale des personnes en situation d’itinérance.

Dans son dernier plan d’action interministériel en itinérance (novembre 2021), le gouvernement reconnaît que les besoins en terme médical de ces personnes sont nombreux et que le réseau de la santé peine à les rejoindre. Maintenant, il souhaite davantage les en écarter en utilisant une logique coercitive d’amende.

La réalité est telle que certaines personnes en situation d’itinérance n’ont actuellement pas reçu leurs deux doses et que certaines qui les ont n’ont pas de passeport vaccinal. Lorsqu’on s’attarde aux parcours de ces personnes, nous pouvons identifier que :

  • À l’instar de bien des personnes dans notre société, un grand nombre de personnes en situation d’itinérance doivent composer avec une dépendance aux substances psychoactives, des troubles de santé mentale et physique graves, qui dans bien des cas, briment leur contact avec la réalité.
  • Dans un quotidien axé sur la survie, il est parfois rangé au second degré le fait d’aller chercher une protection médicale adéquate.
  • Parmi elles, il y a des personnes ayant subi des traumatismes provenant des institutions publiques qui ont entraîné une méfiance à leur égard.

Cette amende santé annoncée par le gouvernement québécois va davantage complexifier la réalité des personnes en situation d’itinérance. Le contexte pandémique ne justifie pas de s’éloigner de notre Politique nationale de lutte à l’itinérance qui affirme que le respect des droits les plus élémentaires des personnes en situation d’itinérance, notamment d’accès à des soins de santé, ne peut être réduit à une simple question de responsabilité individuelle.

-30-

Renseignements :

Boromir Vallée Dore, coordonnateur du RSIQ
581-849-8951 – coordination@rsiq.org

 

[1] Le RSIQ est composé de 15 tables de concertations régionales en itinérance et totalise plus de 330 organismes communautaires à travers le Québec qui œuvrent à améliorer la qualité de vie des personnes en situation d’itinérance.

Call Now Button